FOu un homme qui aime apparemment rester discret, Daniel Kretinsky fait beaucoup de gros titres. En mars, les journalistes de Le Monde lutté pour empêcher l'impénétrable oligarque tchèque de prendre le contrôle du prestigieux quotidien français. Le 23 juin, la direction de Metro, un géant allemand du commerce de détail basé à Düsseldorf, a rejeté une offre publique d'achat de 5,8 milliards d'euros (6,6 milliards de dollars) de la part de EP Global Commerce, un véhicule d'investissement contrôlé par M. Kretinsky et son partenaire commercial slovaque, Patrik Tkac, a affirmé qu'il "sous-évaluait considérablement" la société. L'offre de 16 € par action est un maigre 3% de plus que le précédent cours de clôture du 21 juin.

Dans un rapport EP Global Commerce a déclaré avoir le "soutien total" de la famille Haniel, actionnaire important, et qu'elle détenait des options d'achat sur 9% des actions de Metro détenues par Ceconomy, une entreprise d'électronique grand public faisant partie du groupe. Les Haniels, l’un des plus anciens clans industriels d’Allemagne, possédaient une grande partie du métro pendant plus d’un demi-siècle.

Après des années de rendements médiocres, les Haniels ont décidé en août dernier de réduire leurs pertes en vendant 7,3% de Metro à MM. Kretinsky et Tkac. Ils ont également donné au tandem la possibilité d’acheter les 15,2% restants de la famille. Metro a deux autres gros actionnaires: la Meridian Stiftung, qui détient 14,2% des actions, et la Beisheim Holding, qui en détient 6,6%. Meridian aurait déclaré qu'il ne vendrait pas; Beisheim n'a pas encore annoncé sa décision.

Que veut le francophile M. Kretinsky, qui a gagné sa vie dans le secteur de l’énergie, avec un détaillant allemand en difficulté? Selon Bruno Monteyne à UN B Bernstein, un cabinet d’études, a saisi l’opportunité d’acheter – à bon marché et avec des financements extérieurs – un détaillant encore en pleine transformation. Metro était autrefois un conglomérat de détaillants dont les activités allaient des produits électroniques grand public aux grands magasins. Sous la direction d'Olaf Koch, il a délaissé ses activités pour se concentrer sur les grossistes en produits alimentaires. M. Koch n'est pas fini. Il est sur le point de vendre Real, une chaîne d’hypermarchés déficitaire, ainsi que les activités de Metro en Chine. EP Global Commerce affirme soutenir la décision de flagellation de ces entreprises à condition que M. Koch puisse obtenir un bon prix.

MM. Kretinsky et Tkac ont quatre semaines pour soumettre leur offre aux régulateurs allemands et au conseil d’administration de Metro. Ils peuvent soit s'en tenir à leur offre, soit l'augmenter dans l'espoir de gagner Meridian et d'autres actionnaires. EP Global Commerce n'achètera le reste des actions de Haniel que si cela lui permet d'atteindre le seuil de 75% des voix à l'assemblée annuelle. Cela déclencherait un «accord de domination» lui permettant d’exercer un contrôle total sur la trésorerie du groupe sans posséder 100% de la société.

Si elles échouent, Metro aura deux gros actionnaires mécontents: les Européens de l’Est avec 7,3% plus d’options d’achat de 9% pour Ceconomy et les Haniels avec 15,2%. M. Koch pourrait avoir du mal à trouver un acheteur pour ses participations à un moment où le commerce de détail traditionnel est menacé par le commerce électronique. Le chiffre d’affaires annuel de Metro de 36 milliards d’euros reste élevé. Mais ils sont en déclin, tout comme les profits. Une contre-offre pourrait venir de l’est de l’Est: un acheteur asiatique intéressé par plus que le bras chinois de Metro. Si tel est le cas, MM. Kretinsky et Tkac pourraient réaliser un bénéfice. Si ce n’est pas le cas, ils posséderont l’un des dix plus grands détaillants au monde. De toute façon, attendez-vous à plus de gros titres.