LUSH FORESTSdes cloches de sonnailles et un château de conte de fées donnent l'impression que les contreforts alpins au-dessus de Linz sont vivants avec «The Sound of Music». Dans la vallée, cependant, la ville autrichienne est parsemée de piles de charbon, d’entonnoirs fumants et de silhouettes noircies de hauts fourneaux, où réside Voestalpine, un sidérurgiste autrichien. Salaire élevé, Lineal n'est pas un endroit bon marché pour fondre l'acier. L’entreprise a pourtant été invoquée comme preuve que l’industrie sidérurgique européenne a un avenir, même si cet avenir semble de nouveau douteux.

Le 26 juin, les dirigeants de l'acier se sont réunis à Bruxelles pour discuter de leurs défis croissants. Les usines du monde entier réalisent des profits en hausse. Sauf en Europe. Une augmentation de 10% du coût du charbon à coke et un doublement des prix du minerai de fer au cours des 12 derniers mois ont réduit à néant des marges déjà minces. Le prix des permis européens d'échange de droits d'émission a triplé par rapport au début 2018.

Le prix de l'acier va dans la direction opposée. Les barres d'armature sont en baisse d'un cinquième sur le London Metal Exchange. Blâme les tarifs de l'acier américains imposés en mars dernier. Axel Eggert, directeur général d'Eurofer, une organisation de commerce, regrette que les deux tiers des importations d'acier qui allaient autrefois en Amérique aient inondé l'Europe. le UE imposé un droit de douane de 25% sur les importations en février pour tenter de juguler le flux. Les demandes pour plus de protection et de sauvetage pour les aciéries en difficulté se multiplient.

Pas à Voestalpine. «La politique a ruiné ce groupe dès le début», déclare Wolfgang Eder, son directeur. Le scepticisme de M. Eder à l'égard de l'intervention de l'État existe depuis longtemps. Il se souvient comment, dans les années 1980, peu après son arrivée au cabinet en tant qu’avocat junior, les politiciens qui dominaient le conseil d’administration de la société avaient refusé de licencier des travailleurs licenciés par des technologies permettant d’économiser du travail. Les mains inactives étaient occupées par des incursions inconsidérées dans la construction navale (dans un pays enclavé), fabriquant des armes (que ni OTAN ni le pacte de Varsovie voulu) ni le pétrole (ce qui a presque mis la société en faillite en 1985). Au moment où l'Autriche a rejoint le UE En 1995, la société nouvellement privatisée, Voestalpine, ne semblait pas en position de concurrencer les usines à faibles coûts du bloc.

La concurrence, il a. Au cours de la dernière décennie, ses marges après impôts ont dépassé 4%, contre 2% pour ArcelorMittal, 1,8% pour Thyssenkrupp et -7,5% pour Tata Steel Europe, son principal concurrent local. Christian Obst, de la banque d’investissement Baader Bank, reconnaît que, dans les années 2000, M. Eder avait poussé ses efforts à privilégier la qualité à la quantité.

C'était un geste peu orthodoxe. En 2005, Aditya Mittal, maintenant président d’ArcelorMittal, le plus grand producteur d’acier au monde, a déclaré que les entreprises auraient besoin de fondre au moins 100 millions de tonnes par an pour survivre. Voestalpine était trop chétif pour rivaliser avec les Mittals de ce monde quand il s’agissait d’exporter de l’acier bon marché et conforme à la norme de la tourbière pour alimenter le boom de la construction en Chine, a expliqué M. Eder. Mais il pourrait profiter de la demande croissante d’aciers spéciaux à forte marge de la part des industries européennes de l’automobile et de l’aéronautique en pleine croissance, et produire elle-même certains des composants encore plus lucratifs d’équipements ferroviaires, automobiles et aéronautiques.

Un peu de brillance vient de la performance de Voestalpine. En octobre, il a publié son premier avertissement sur les bénéfices depuis février 2014. Puis, en janvier, il en a émis un autre. Les investisseurs s’inquiètent des amendes potentielles liées à une enquête anti-cartel lancée par les régulateurs allemands en 2017. Le cours de l’action de la société a perdu près de 40% au cours de l’année écoulée – un peu moins que ArcelorMittal et ThyssenKrupp, mais presque.

Les profits de Voestalpine pourraient rebondir plus rapidement que ceux de ses rivaux. L'année dernière, ils ont été corrodés par les dépassements de coûts dans les nouvelles aciéries américaines et les problèmes de l'industrie automobile allemande, son plus gros client. Selon Ingo Schachel de Commerzbank, le premier était unique et le second pourrait être temporaire. Et le cabinet de M. Eder semble mieux placé pour résister à la UERègles imminentes respectueuses du climat en matière d’émission de carbone. Celles-ci toucheraient les plus gros producteurs d'acier, qui utilisent des méthodes plus intensives en carbone. Cette année, Voestalpine envisage d’ouvrir sa première usine à Linz, où elle expérimentera la fabrication de ce matériau avec de l’hydrogène propre au lieu du charbon à coke sale. M. Eder doit prendre sa retraite le 3 juillet. Il appartient à son successeur de s’assurer que les quelques égratignures et bosses qu’il laisse ne se transforment en rouille.