Chop chop – Les entreprises réduisent les versements aux actionnaires | Entreprise

Note de l'éditeur: L'économiste met une partie de sa couverture la plus importante de la pandémie de Covid-19 à la disposition des lecteurs de L'économiste aujourd'hui, notre newsletter quotidienne. Pour le recevoir, inscrivez-vous ici. Pour notre traqueur de coronavirus et plus de couverture, consultez notre centre

SACTIONNAIRES LE le monde a connu une année 2020 pourrie. Certains auraient pu espérer que l'effondrement de leurs portefeuilles serait au moins en partie compensé par les dividendes – les bénéfices que les entreprises versent aux propriétaires. D'autres comptaient sur les entreprises pour racheter leurs propres actions. Alors que la saison des bénéfices des entreprises démarre, les deux groupes ont peu à attendre.

Blâmer les mauvaises performances, présentes et attendues. Les dividendes et les rachats sont un signe de profits et de confiance, à la fois en pénurie dans une pandémie. Les marchés de dérivés où les investisseurs peuvent parier sur la taille des dividendes impliquent que ceux-ci chuteront d'au moins un quart en Amérique. Si la crise de 2007-09 se prolonge, les rachats (appréciés principalement par les entreprises américaines pour des raisons fiscales) seront réduits de moitié.

Au total, les paiements mondiaux aux actionnaires devraient passer de 2,2 milliards de dollars en 2019 à 1,4 milliard de dollars cette année, selon L'économisteL’estimation approximative (voir graphique). Les coupes pourraient aller plus loin. Si la crise s'aggrave (ou si les régulateurs interviennent), les banques américaines, qui ont suspendu les rachats, peuvent faire de même avec les dividendes qu'elles ont conservés. Les décideurs politiques en Europe, où les dividendes sont plus élevés en proportion des bénéfices, demandent à toutes les entreprises de faire preuve de retenue.

Les versements retenus restent dans les bilans des entreprises, ce qui contribue à réduire la dette nette. Une fois élagués, les dividendes mettent du temps à repousser – une bonne nouvelle pour ceux qui pensent que les actionnaires ont été récompensés trop richement ces derniers temps. En Amérique, les entreprises rapportent désormais plus d'argent aux propriétaires qu'elles n'en dépensent pour les investissements en capital, la recherche et le développement.

Creusez plus profondément:
Pour notre dernière couverture de la pandémie de Covid-19, inscrivez-vous pour L'économiste aujourd'hui, notre quotidien
newsletter, ou visitez notre traqueur de coronavirus et hub d'histoire

Cet article est paru dans la section Business de l'édition imprimée sous le titre "Chop chop"

Réutilisez ce contenuLe projet Trust

Laisser un message

Your email address will not be published.